Eau-forte vernis mou sur papier de Betty Goodwin – Titrée: Gilet deux, 1970

Estampe d’art d’une édition limitée de Betty Goodwin ; Titrée: Vest two (Gilet deux) datée 1970.

Gravure eau-forte vernis mou au pigment de velours noir sur papier signée et datée au crayon en bas à droite et justifiée Artist Proof (Épreuve d’artiste) en bas à gauche.

Un des 3 épreuves d’artiste signées et datées à part une première édition (Première états) de 10 gravures numérotées signées et datées.

L’œuvre est encadré.

Dimensions: 68,5 x 54,5 cm – 27 x 21,5 pouces.

Littérature: Rosemarie L. Tovell, Les estampes de Betty Goodwin, Musée des beaux-arts du Canada, 2002, pages 168-170, reproduit page 170, BG State 1

! Remarque: la toute première gravure Vest two (gilet deux) de Betty Goodwin a été créée en août 1969, et selon l’artiste, c’était «le vrai début de sa carrière». Cette série est extrêmement importante dans son travail et elle avait un lien profond et intime avec le sujet car son père, décédé très jeune, était tailleur.

Vest Two (gilet deux) a été créé en janvier 1970.

Prix: *$ CAD (Dollars canadiens)

Pour plus d’informations communiquez avec la galerie.

 


Voir plus de gravures en creux >>

Betty GOODWIN (1923 – 2008) – Betty Roodish Goodwin

Betty Roodish Goodwin est née le 19 mars 1923 et décédée le 1er décembre 2008 à Montréal. Elle était graveur, sculpteur, peintre et artiste d’installation canadienne.

Goodwin est né à Montréal, et enfant unique d’immigrants roumains. Comme enfant, elle aimait peindre et dessiner et sa mère l’a encouragée à poursuivre l’art. Le père de Goodwin, propriétaire d’une usine à Montréal, est décédé quand elle avait l’âge de neuf ans. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, elle a étudié le design à la Valentine’s Commercial School of Art de Montréal.

Goodwin a commencé sa carrière en tant que peintre et graveur à la fin des années 40. Au cours des années 50 et 60, Goodwin a créé des natures mortes. Elle a également représenté des scènes de la communauté juive de Montréal.

Son travail a commencé à être exposé à Montréal au début des années 60.

Dans les années 1960, elle s’inscrit à un cours de gravure avec Yves Gaucher à l’Université Sir George Williams de Montréal. C’est là qu’elle a commencé à travailler avec des objets et des vêtements trouvés est inspire dans ses gravures, ce qui a attiré une attention internationale. Goodwin a représenté le Canada à la Biennale internationale de l’estampe de Tokyo en 1974 et à la Biennale des arts graphiques de Ljubljana en 1975. Elle a reçu le Prix Paul-Émile Borduas en 1986. Goodwin a de nouveau représenté le Canada à la Biennale de São Paulo en 1989.

Goodwin a utilisé une variété de médias, y compris le collage, la sculpture, la gravure, la peinture et le dessin, l’assemblage et les gravures. Son sujet tourne presque toujours autour de la forme humaine et la traite de manière très émotionnelle. Beaucoup de ses idées provenaient de regroupage de photographies, d’objets ou de dessins sur les murs de son atelier. Elle a également utilisé le «germe» des idées qui restent après avoir été effacées d’une œuvre. Goodwin s’est intéressé aux objets trouvés et à la façon dont ils contenaient des traces de vie. Elle a créé des estampes de plaques de cuivre d’articles de vêtements pour produire une série de gravures, intitulée Vest, qui a attiré l’attention internationale. Goodwin a créé une série de tentures murales intitulée Tarpaulin de 1972 à 1974, qu’elle a retravaillés pour former des sculptures et des collages. Elle a reçu le prix Victor Martyn Lynch-Staunton du Conseil des Arts du Canada en 1981.

Sur une période de six ans à partir de 1982, Goodwin a exploré la forme humaine dans sa série de dessins Swimmers, ce projet a utilisé du graphite, des pastels à l’huile et du fusain sur du Mylar translucide. Les dessins à grande échelle représentent des corps solitaires flottants ou en train de couler, suspendus dans l’espace. En 1986, pour montrer l’interaction des figures humaines, elle crée sa série Carbon en utilisant du charbon de bois et de la cire pour créer des dessins. Elle a obtenu une bourse de la Fondation John Simon Guggenheim en 1988.

Après avoir représenté le Canada à la Biennale de Venise en 1995, elle a reçu le prix Gershon Iskowitz de la Fondation Gershon Iskowitz et du Musée des beaux-arts de l’Ontario.

En 1996, Goodwin a fait don de 150 de ses œuvres au Musée des beaux-arts de l’Ontario, qui possède la plus grande collection de ses œuvres. Cette année-là, le Musée a organisé une grande rétrospective et elle a reçu le prix Harold Town. Cette année-là, elle a été récompensée par une exposition au Musée des beaux-arts du Canada, Betty Goodwin: Signs of Life.

En 2003, elle a été nommée Officier de l’Ordre du Canada. Elle est décédée en décembre 2008 à Montréal.

Date:

See more artworks and bio of