FOURNELLE, André (1939)

Sculpteur

FOURNELLE, André (1939)

Biographie

Né en Angleterre à Hull, André Fournelle est orphelin de guerre et est adopté au Canada à l’âge d’un an.

En marge des cadres institutionnels de l’enseignement de l’art, André Fournelle fait son apprentissage artistique à travers des lectures, des recherches et des expérimentations diverses. Il commence à exposer des sculptures en 1963. Un travail dans une fonderie industrielle à Montréal éveille son intérêt pour le métal en fusion qui deviendra la base de plusieurs de ses œuvres.

En 1967, il met sur pied une fonderie expérimentale à Pierrefonds, où travailleront notamment Pierre Leblanc et Armand Vaillancourt.

Il entreprend l’année suivante, en compagnie de Marcelle Ferron, un voyage d’études en Europe à la recherche de nouveaux alliages entre le verre et le métal.

De 1970 à 1973, il anime des ateliers dans les écoles avec une fonderie mobile afin de permettre à des élèves de réaliser des œuvres en métal coulé. Un ouvrage sur la fonderie expérimentale paraît en 1973 et présente une synthèse de ses travaux. Il fait également partie du groupe EAT (Experiment in Art and Technology) fondé par les artistes américains Robert Rauschenberg et Robert Whitman.

Au cours d’un voyage en Angleterre en 1979, André Fournelle découvre des clôtures accidentées qui lui inspireront une série d’œuvres et de performances : États de choc. Son installation Passage présentée au musée d’art contemporain de Montréal en 1983 s’inspire des ruines du Parthénon dans l’optique des débats sur la récupération des patrimoines pillés par d’autres pays.

En 1989, il installe une imposante structure en néon de forme spiralée dans le désert de la vallée de la Mort dans l’optique des artistes du Land art et de l’installation de Robert Smithson, Spiral Jetty.

La spirale est installée sur les lieux mêmes où Robert Smithson, le 20 juillet 1973, est décédé dans un accident d’avion. L’année suivante, il expose Resecare dans une galerie et propose un parcours sur des plaques de métal oscillantes suspendues à des câbles.

C’est en 1997 que Fournelle a l’idée d’une intervention sous le pont des Arts à Paris. Il propose d’illuminer l’ouvrage par l’installation d’une ligne de feu, déclenchant ainsi une controverse.

À Trois-Rivières, il réalise entretemps en septembre 1998 une ligne de feu sur la rivière Saint-Maurice entre deux piliers d’estacade en hommage aux draveurs morts en guidant les billes de bois.

Il insiste durant trois ans pour obtenir les autorisations pour le projet qui voit enfin le jour en 1999, avec la collaboration d’une équipe de spécialistes pyrotechniques et de l’historien de l’art Pierre Restany.

Pour Fournelle, il s’agit de magnifier la structure et les formes du pont après la tombée du jour et d’enregistrer sur pellicule les images de cette intervention éphémère qui rappelle celles de Christo. Lumière et silence est une des œuvres les plus spectaculaires d’André Fournelle.

En 2005, il réalise une performance dans le cadre de l’événement Les Incendiaires au cours de laquelle il fait brûler du charbon coloré sur des carcasses de lit en acier, tandis que des comédiens récitent des noms de sans-abris décédés.

Créateur multidisciplinaire pratiquant la sculpture, le dessin, la gravure et la performance, André Fournelle s’est aussi imposé par ces recherches alliant l’art et la technologie.

Les travaux d’André Fournelle intègrent souvent des concepts religieux ou philosophiques provenant de la culture occidentale.

#biographie